L'histoire

Au commencement 

L'idée du festival naît en 1985, alors que les élus de Lapleau et St-Pantaléon-de-Lapleau s'interrogent avec une équipe de jeunes comédiens sur les moyens de sauvegarder et de valoriser un ancien prieuré du xiie siècle, situé au bord des gorges de la Luzège. 

Le partage de ce projet avec la population des deux villages donne naissance à l'association Roc du Gour Noir - La Luzège, et à son festival de théâtre dès l'été 1987. Les deux premières éditions sont organisées conjointement par l'association et la compagnie La Chélidoine. À partir de 1989, l'association RGN La Luzège prend en charge seule la manifestation et son organisation, devenant ainsi productrice de spectacles. Les artistes et les différents métiers du spectacle coopèrent fructueusement avec les bénévoles de l'association pour la mise en place des éditions du festival. Sous l'impulsion de son président fondateur Roger Ponty, l'association se mobilise pour soutenir le projet sur le territoire. Elle ouvre notamment un atelier de confection de costumes de théâtre qui travaille pendant plusieurs années sous la direction de costumiers professionnels. 

 

À partir de 1989, le projet théâtral est porté par un directeur artistique qui prend en charge le choix des pièces, la constitution des équipes, le choix des lieux. Cette fonction est assurée successivement par Philippe Ponty de 1989 à 1999, Lionel Parler de 2000 à 2002, Paul Golub en 2003 et 2004, et à nouveau Philippe Ponty depuis 2005. À partir de 2013, il est accompagné d'une "coopérative artistique" composée de Marie Pierre Bésanger, Agnès Guignard, Farid Ounchiouene, Stéphane Schoukroun, Gigi tapella et Aristide Tarnagda. 

 

Les lieux de prédilection depuis 1987 

Roc du Gour Noir / Vieille église de Saint-Pantaléon 

Lieux de patrimoine du pays d'Egletons et de Neuvic/Places de villages/Sous-bois/Châteaux/ 

Salles des fêtes/Anciennes gares/Granges… 

Tulle/Argentat/Ussel 

Aujourd'hui : Aubazine, Uzerche, Le Roc du Gour Noir, Les Pays de Haute Corrèze et de Tulle, Les villes et villages de Corrèze.

 

Nombre de spectateurs accueillis depuis 1987 

Environ 120.000 

  

Créations/productions originales 

23 spectacles ont été créés spécifiquement pour La Luzège, dont 12 sont des commandes d'écriture à des auteurs vivants. 

7 d'entre eux ont ensuite connu une diffusion nationale et internationale. 

  

Diffusion 

La Luzège a accueilli et diffusé sur le territoire corrézien une centaine de spectacles venus du monde entier. 

  

Formation / Transmission 

De 1992 à 1996, La Luzège a porté le Stage National de Théâtre de La Ligue de l'Enseignement. 

Elle a elle-même organisé une dizaine de stages et de nombreux ateliers, et mis en place en 2005 un processus de "création-école" avec le projet "Iliades". 

Emploi 

Depuis 1987, La Luzège fait travailler des artistes (~300), des techniciens du spectacle (~120), des agents administratifs (~70), des personnels de cuisine et d'entretien (~60). Elle donne priorité au local et au durable autant que possible, à la fois dans le choix de ses fournisseurs et de ses collaborateurs. Un certain nombre de bénévoles y sont également accueillis, souvent des jeunes gens d'ici ou d'ailleurs, pour y partager l'amour du théâtre, de l'engagement collectif, du sens et du sensible.  

  

Quelques créations et spectacles qui ont marqué l'histoire de la Luzège : (Liste non exhaustive) 

Geoffroy Tête Noire de Jacques Bens – Mise en scène Pierre Vial, en 1987. 

La Mère confidente de Marivaux – Mise en scène de Pierre Vial, en 1988. 

La Guerre aux étangs de Jacques Bens – Mise en scène Véronique Widock, en 1989. 

Les Fourberies de Scapin de Molière – Mise en scène Gervais Robin, en 1990. 

Britannicus de Jean Racine – Mise en scène Philippe Ponty, en 1990. 

Conversation sur la Montagne d'Eugène Durif - Mise en scène Patrick Pineau, en 1990. 

Belibaste de Henri Gougaud – Mise en scène Odile Locquin, en 1991. 

Œdipe, de et avec Henri Gougaud et François Chaumette, en 1992. 

Cymbeline de William Shakespeare - Mise en scène Marie-Isabelle Heck, en 1992. 

Sans-titre de Federico Garcia Lorca - Mise en scène Jean-Louis Hourdin, en 1992. 

Il Circo Popolare Poquelino – Mise en scène de Paul Golub, en 1993. 

Dans la solitude des champs de coton, Combat de nègre et de chiens, et Tabataba de Bernard-Marie Koltès

Mise en scène Moïse Touré, en 1993. 

Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès – Mise en scène Philippe Ponty, en 1993. 

Regards Croisés de et par Bénat Achiary, Michel Doneda, Patrick Fabre, Jean Pallandre et Jean-François Prigent, en 1993. 

Le Dragon d’après Evgueni Schwartz – Mise en scène Philippe Ponty, en 1994. 

Fremd de Paolo Dalla Sega – Mise en scène Gigi Tapella, en 1994. 

Le Songe d'une nuit d'été de Shakespeare – Mise en scène de Paul Golub, en 1995. 

Entre l’avenue de la gloire et la rue du cimetière de et par Didier Kowarsky et l'Orphétéon, en 1995. 

Lûpusfabulae de Myriam Bardini – Mise en scène Gigi Tapella, en 1995 

Sonno Léone Texte et Mise en scène Philippe Ponty, en 1996 

Le coup de pied de l’ange d'Eugène Durif – Mise en scène Marie Pierre Bésanger, en 1996. 

Giulietta et Roméo d'Eugène Durif – Mise en scène de Gigi Tapella, en 1996. 

Mais n'te promène donc pas toute nue de Georges Feydeau - Mise en scène Philippe Ponty, en 1997 

L’école des Femmes de Molière – Mise en scène de Lionel Parlier, en 1998. 

Hamlet sur la route de Shakespeare – Mise en scène de Paul Golub, en 1999 

La Nuit des Moulins d’après Cervantès – Mise en scène Bruno Stori, en 1999 

Nyna et Yann d’après Andersen – Mise en scène Miriam Bardini, Sylviane Onken et Gigi Tapella, en 1999 

Quel est ce sexe qu’ont les anges ? d’après Jean Brisset, adapté par Eugène Durif - Mise en scène Catherine

Beau et Eugène Durif, en 1999. 

Quand les oiseaux auront des ailes... d'Eugène Durif – Mise en scène Marie-Pierre Bésanger, en 2000. 

Ruy Blas de Victor Hugo – Mise en scène Maria Zachenska, en 2000. 

La famille Fretin (Clown) Interventions poétiques et improvisées de Clémentine Yelnik, en 2000, 2001 et 2002. 

La Mouette de Tchekhov – Mise en scène Sandrine Barciet, en 2001 

Qu’est-ce que la justice, d’après Platon - Adaptation et mise en scène Grégoire Ingold, en 2001. 

Le tour du monde en 80 jours d'après Jules Verne - Mise en scène François Kergourlay, en 2002. 

Mario et Lyse de Philippe Ponty - Mise en scène Marie Pierre Bésanger, en 2002. 

Le chien du jardinier de Lope de Vega - Mise en scène Hervé Petiot, en 2003. 

Bajka, musique festive de l’est profond, en 2003, 2004, 2005 et 2011. 

Danser à Lughnasa de Brian Friel - Mise en scène Guy Freixe, en 2004. 

Le Groenland de Pauline Sales - Mise en scène Marie Pierre Bésanger, en 2004. 

Itinéraires Bis et Urgences de et par Pepito Mateo, en 2004. 

Iliades de Philippe Ponty - Mise en scène Gigi Tapella, en 2005. 

La pluie d'été de Marguerite Duras - Mise en scène Marie Pierre Bésanger, en 2006. 

Le principe de solitude Chorégraphies d'Eddy Maalem, en 2006 

Interventions et Harangues du clown Ructor Vigo, en 2006 et 2007. 

Le barbier de Séville et Le Mariage de Figaro de Beaumarchais - Mises en scène de Jean-François Legarrec, en 2007 

L’Invisible, de Philippe Blasband, avec Dieudonné Kabongo - Mise en scène Astrid Mamina, en 2007. 

Trois Mousquetaires Création collective, en 2009 

D.R.A.C.U.L.A de Philippe Ponty d'après Bram Stoker - Mise en scène Gigi Tapella, en 2010. 

Le retour d'Ulysse de Philippe Ponty d'après Homère - Mise en scène Gigi Tapella, en 2011. 

La petite a dit Non de Philippe Ponty d'après Antigone de Jean Anouilh et La chèvre de M.Seguin

d'Alphonse Daudet - Mise en scène Marie Pierre Bésanger, en 2012 

Terre Rouge d'Aristide Tarnagda - Mise en scène Marie Pierre Bésanger, en 2013. 

Wrong Side de et par Didier Kowarsky, en 2013. 

"Z… - Texte et mise en scène collectifs, en 2014.

Roméo et Juliette de William Shakespeare - Mise en scène d'Aristide Tarnagda, en 2015 et 2016

La réunification des deux Corées de Joël Pommerat - Mise en scène Marie Pierre Bésanger, en 2016

Le médecin malgré lui de Molière - Mise en scène Vincent Pouderoux, en 2017

 

En 1990, La Luzège donne carte Blanche à Alain Cuny (il lit et dit de la poésie).

En 1991 et 1994, c'est François Chaumette qui reçoit lui aussi Carte Blanche.